19mai Discographie (7): Kaya

 

kaya.jpg

 Tout le monde s'accorde aujourd'hui pour considérer KAYA, le sixième album studio de Bob Marley & the Wailers, comme un des grands classiques du rock. Et pourtant, je me souviens qu'à sa sortie, malgré le succès du 45 tours Is this love, on disait que cet album n'était vraiment pas terrible car il n'était constitué que de chutes de studio. C'est vrai que les dix titres du disque sont ceux que Bob Marley n'avait pas choisi parmi les vingt enregistrés lors des sessions londoniennes d'Exodus, l'année précédente. Précisons aussi que ces considérations étaient le fait de journalistes et de fans puristes du reggae qui tantôt rejetaient le son et les arrangements trop européens, tantôt étaient étonnés de l'absence de textes militants comme sur Exodus. La violence atteint son paroxysme en Jamaïque et dans les rues de Kingston ; Bunny et Peter, ses deux anciens compères publient Protest et Equal rights alors que Bob, lui, parle d'amour et de vie quotidienne. Non, les fans ne comprennent vraiment pas.

Mais de quoi Bob Marley parle-t-il sur cet album ? De fumer un pétard (Kaya est le mot patois jamaïcain pour désigner le ganga), d'amour (Is this love), de séparation (She's gone), bref de la vie à hauteur d'homme en Jamaïque (Sun is shinning, Satisfy my soul). Il se dégage en vérité de ce disque une quiétude, une positivité que vous retrouverez si un jour vous vous rendez sur la terre natale de Bob Marley, dans les montagnes de St Ann ou dans son jardin à l'arrière de sa maison de Hope road à Kingston. C'est dans ces textes que réside tout le spleen que Marley ressent déjà loin de la Jamaïque après seulement quelques semaines d'exil (volontaire) à Londres.

Avec le recul, Kaya est un album précieux, exceptionnel, d'une richesse et intelligence rares dont aucun titre ne ressort véritablement tant le niveau d'écriture et d'interprétation est élevé : écoutez Misty morning ou Running away, des titres jamais diffusés, pour vous en convaincre. Le temps a rendu justice à cet album; Bob le savait-il en chantant Time will tell sur le dernier titre ?

A écouter en boucle dans votre ipod.

 

Brice Depasse

 

 

Bob Marley and The Wailers: Kaya (Island / Mars 1978)

 

Face A

Easy Skanking (Marley) - 2:53 

Kaya (Marley) - 3:15

Is This Love (Marley) - 3:52

Sun Is Shining (Marley) - 4:58

Satisfy My Soul (Marley) - 4:30

 

Face B

She's Gone (Marley) - 2:25

Misty Morning (Marley) - 3:32

Crisis (Marley) - 3:54

Running Away (Marley) - 4:15

Time Will Tell (Marley) - 3:31

 

Bonus CD

 Smile Jamaïca (Marley) - 5:10

 

The Wailers en 1978

 

Voix, guitare - Bob Marley

Basse - Aston "Family Man" Barrett

Batterie - Carlton " Carlie' Barrett

Guitare - Junior Marvin

Clavier et voix - Tyrone Downie

Clavier -  Earl "Wya" Lindo

Saxophone tenor - Glen Da Costa

Trombone - Vin Gordon

Trompette - David Madden

   Commentaires (1)   |     |      Facebook

Commentaires

Kaya est aussi le nom d'un des 1er chanteur de reggae à l'Île Maurice, qui quelque année plus tôt avant que l'album du même nom sorte : Celui-ci avait était jeter en Prison pour avoir fumer un pétard sur scène, ce qui a l'époque avais était une catastrophe politique à Maurice. Où le peuple à manifester très agressivement pour ça libération.

Peut-il y avoir peut-être un rapport avec cette histoire ?

Écrit par : Maxence | 29/11/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.